La prévention primaire

Travailler en amont

Elle intervient en amont d’une situation indésirable sans nécessairement cibler un facteur de risque en particulier, bien que ces derniers – individuels ou environnementaux – soient pour la plupart connus. Elle touche les facteurs de l’inadaptation avant que les difficultés apparaissent. Elle favorise ainsi l’accroissement des niveaux de bien-être à l’intérieur d’une population. La prévention primaire est donc centrale dans les pratiques en ÉLÉ.

La base d’une approche préventive primaire : la présence de modèles positifs et significatifs pour les enfants. Et pour un maximum d’efficacité, les modèles doivent s’étendre à l’environnement élargi de l’enfant – classe, école, famille, voisinage, communauté. Il est aussi important que les actions soient orientées vers :

  • Des groupes d’individus : parents, enfants de 0 à 5 ans
  • Des collectivités : quartier, ville, région
  • Des systèmes : familles, organismes.

Dans le cas de la réussite éducative et de l’égalité des chances, il existe un fort consensus de la recherche nationale et internationale quant au lien direct entre la familiarisation avec le langage et l’écrit au plus jeune âge et la réussite éducative. Les gestes déterminants dans le développement d’une perception positive du monde de l’écrit doivent, dans l’idéal, être posés au plus jeune âge, avant l’entrée à l’école. Cela signifie que le succès des activités en ÉLÉ repose sur les premiers éducateurs de l’enfant, ses parents. Ceux-ci jouent un rôle essentiel dans le développement du rapport à l’écrit de leur enfant. Ces gestes sont relativement simples et assez faciles à intégrer dans le quotidien.

« (…) même si l’école offre de multiples occasions de lire, dont certaines pour le simple plaisir de lire, l’enfant qui n’a pas bénéficié d’une familiarisation précoce avec le livre et qui n’a de rapport à la lecture qu’à l’école est plus à risque de strictement associer la lecture au contexte scolaire. Il sera ainsi moins porté à lire à l’extérieur de ce cadre, et ce, tout au long de son cheminement. »

- Réseau réussite Montréal

On sait toutefois que dans les milieux moins favorisés, un certain travail de sensibilisation et d’éducation doit être fait. Souvent moins scolarisés et n’étant pas eux-mêmes des lecteurs, ces parents ne perçoivent pas l’intérêt et l’importance de parler à son bébé, de lui chanter des chansons, de lui lire des histoires, de lire devant lui, etc. C’est pourquoi les pratiques en ÉLÉ misent beaucoup sur la participation des parents, sur le modelage et l’accompagnement des familles. Car la meilleure personne pour aider un enfant est presque toujours le parent.

« Le contact précoce avec une diversité d’écrits et de modèles lecteurs avant l’entrée à l’école prédispose à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture et permet donc de réduire le risque d’abandon scolaire. »

- Réseau réussite Montréal

La théorie, c’est intéressant, mais en pratique, ça veut dire quoi?

En savoir +